Extrait de Hanuman N°31, Printemps 2009                               Et aussi : Hanuman N° 32

                                                                                                                  Hanuman N° 33

retour à la liste

       La Sadhana

    SADHANA  DE  TOUS  LES  JOURS

  Si vous aspirez à la vie spirituelle, point n’est besoin de recourir à un Ashram. Vous pouvez faire votre Sadhana à la maison et, en même temps, assurer un travail utile pour vous et pour les autres. Ce qui vous est demandé est avant tout une intense aspiration à réaliser votre unité avec Dieu, par un souvenir constant de sa présence à travers la répétition de son  Nom, et par la réalisation de toutes vos actions comme expression de son service. Si vous faites cela, vous êtes certain de progresser sur le chemin spirituel et de rester heureux et paisible en toutes conditions et circonstances

                                                              Mundane to Spiritual  (messages de Swami Satchidananda)

  LA  SADHANA  SUIVANT  RAMDAS

    Sadhana veut dire discipline pour contrôler le mental. A travers un processus de concentration et de méditation de tous les instants, vous devez fixer vos pensées sur la Réalité suprême qui habite en vous. Un mental agité et errant ne peut rien réaliser. Le mental, tout comme un fleuve, devrait continuellement couler vers le divin. Pour cela, une soif inextinguible pour réaliser Dieu doit être présente dans le cœur du sadhaka.

  La nature du mental qui le fait courir après les objets des sens, doit être totalement assujettie. Seul un mental contrôlé et purifié peut accéder à la connaissance du divin. Une discipline régulière est nécessaire pour apprivoiser les vagues de désirs qui agitent le mental. Bien entendu, une éradication complète du désir n’est pas possible tant que le sadhaka est encore sur le chemin. L’extinction totale du désir pour les plaisirs du monde arrive quand la lumière de Dieu brille dans le mental contrôlé…….

  Ainsi passez au moins une heure tôt le matin et une le soir à la méditation exclusive sur la Vérité immortelle qui réside à l’intérieur de vous.

                                                                                        Ramdas Hints to aspirants, p. 67 et 69

________________________________________________________________________________________

 

Extrait de Hanuman N°32, Été 2009.

 

Le Contentement

 

    PAPA  RAMDAS   EST TOUJOURS  HEUREUX

    C’est un épisode de la vie de Papa Ramdas sadhu, tiré de son « Carnet de pèlerinage ».

   Il est reçu dans un temple pour la nuit, logé dans une cave. Le prêtre y descend avec quelques musiciens, qui lui offrent un concert.

   Or voici qu’un serpent trouble la réunion :

- Partons d'ici, Maharaj, ditle prêtre. Ce serpent est de la pire espèce, il est plein de venin de la tête à la queue.

- Pourquoi avez-vous si peurdu serpent, Ram ? répond calmement Ramdas. Dieu lui-même nous donne son darshan sous cette forme. Il est venu avec tant d'amour écouter votre musique. Il ne vous fera aucun mal. Asseyez-vous et continuez le kirtan.

- Impossible! s'écrie le prêtre. Chanter quand le messager de Yama[1] lui-même est si proche !

- Ne cédez pas à la peur. Ce serpent ne vous fera pas de mal. Vous n'avez point besoin de chanter, mais ne vous sauvez point.

  Ils ne veulent pas se rasseoir. Ils se déplacent et tournent dans la pièce suivant les mouvements du reptile. Celui-ci s'approche de Ramdas, qui, saisissant un morceau de sucre, le place devant le serpent :

- Bien-aimé Ram, voici la seule offrande que Ramdas peut te faire; accepte-Ia, je t'en prie.

  De sa langue fourchue, la bête lèche le morceau de sucre avec soin. Elle est maintenant à cinq centimètres de Ramdas, qui reste parfaitement immobile. Avant qu'il ne l'atteigne, il détourne la tête et rampe vers le dos de Ramdas en passant très près de lui. Les artistes continuent leur manège autour de la natte, laissant toujours Ramdas entre le serpent et eux.

  Alors l'animal commence à ramper vers l'escalier :

- Maharaj, il y a quarante marches jusqu'en haut. Ce serpent mettra des heures pour arriver jusqu’au sommet. Nous sommes pris. C'en est fait de nous  !

- Il monte d'un côté, vous pouvez monter par l'autre, suggère Ramdas.

- Ah, non, dit le prêtre. Nous n'osons pas. Nous n'avons pas en lui la même confiance que vous.

  Ramdas se place dans l'escalier, au milieu des marches, et les amis acceptent de passer du côté opposé au serpent. Ils grimpent quatre marches à la fois ! En partant, ils mettent encore Ramdas en garde contre le danger que représente l'animal.

 

  Ramdas est dans l'obscurité. Ils ont emporté leurs instruments et... la lanterne. Il trouve le morceau de sucre laissé par le serpent et le croque avec plaisir comme un prasad laissé par Ram. Il reste toute cette nuit dans une extase de béatitude.

   Aux premières lueurs du jour, une tête se présente dans l'angle de la première marche : c'est celle du prêtre, qui veut s'assurer que Ramdas est bien vivant. Peu après, il descend avec ses amis de la veille et tous le considèrent avec étonnement. Lequel monte à son comble quand Ramdas affirme qu'il a mangé le sucre du serpent.

- Grand Dieu, s'exclame le prêtre, vous êtes un homme terrible !

-   Ramdas n'est pas un homme terrible, explique Ramdas. Il n'est qu'un enfant et un serviteur de Dieu.

 

    SWAMI   SHIVANANDA

   Soyez satisfaits de la condition où Dieu vous a placés. Il sait ce qui est le mieux pour vous. Ne murmurez pas. Remerciez-Le toujours.

 *     *     *

    La connatssance naît seulement dans l'homme dont l’esprit est satisfait. Dans une telle disposition, on est toujours calme et serein. Seul celui qui ne désire pas ce dont il est dépourvu, qui n’est pas attaché à ce qu’il possède, qui n’est jamais ni abattu ni excité, connaît la satisfaction.

 *     *     *

  Il n'est pas de plus grande richesse que le contentement (santosha). Au contraire, l'avidité n'est jamais satisfaite...

   C'est par l’avantage du contentement que les sages de jadis menaient une existence heureuse et insouciante. Ils  rendaient au monde plus de service que n'importe quel philanthrope ou homme politique. C'est le contentement qui rend l'aspirant capable de cheminer sur le fil du rasoir qui conduit à la Réalisation, qui permet au chef d'un pays de servir ses compatriotes sans egoïsme et de tout son coeur...

  Le contentement est le nectar d'imortalité ; il est réalisation ; il est le bonheur et la paix. Tenez-vous donc à cette vertu et répétez mentalement : « Je suis content. Je suis hcureux. »  Le sentiment de satisfaction se développera.

  Puissiez vous atteindre le bonheur par le contentement !

    UN  CONTE  TAOÎSTE

  Un homme dont le nom était Wou, et qui habitait Wei, avait perdu son fils. Il n’en concevait apparemment aucune douleur.

  L’intendant de sa maison lui dit :

- Personne au monde n’aima jamais son fils autant que vous ; maintenant qu’il est mort, vous ne montrez aucune tristesse. Comment cela est-il possible ?

  Wou répondit :

- Avant sa naissance, je n’avais pas de fils et j’étais heureux. Aujourd’hui que mon fils est mort, je suis revenu à cet état où je n’ai pas de fils. Pourquoi donc voudrais-tu que je sois malheureux ?

    PENSÉE

  Dieu arrange toute chose à sa manière et au moment qui Lui convient. Vous devez seulement travailler dans un esprit libre et joyeux comme un enfant., laissant le résultat de votre action déterminé par Lui.

                                                                                                             Swami Ramdas


[1] Le démon de la mort.

_______________________________________________________________________________________________

 

Extrait de Hanuman N°33, Automne-hiver 200-2010.

 

   L'amour impersonnel.

 

   PAROLES  DE  PAPA :   L’AMOUR  IMPERSONNEL

[Ce puissant texte de Papa Ramdas a pour but de nous faire toucher à l’Amour divin, qui transcende  l’amour humain, souvent imaginé comme « un idéal pour quelque royaume de songe où n'existent que la non-violence et la non-résistance. »]

  L'amour est une Vérité à deux visages, où se combinent des éléments créateurs et destructeurs. Si nous réfléchissons profondément pour comprendre la psychologie de l'amour, nous concluons forcément qu'il est dans sa nature même, d'une part de bâtir un mur de protection et d'autre part de briser et de détruire simultanément les objets et les choses dont il tirera les seuls matériaux dont le mur puisse être construit. Il  faut donc admettre que la création et la destruction sont des aspects inséparables et simultanés de la même force primordiale. Création signifie destruction et destruction est synonyme de création. En d'autres termes, rien ne peut être créé sans destruction et rien ne peut être détruit qu'il n'en résulte une nouvelle création.

  En étudiant le grand texte sacré qu’est la Gita, beaucoup d'âmes enclines à la spiritualité y voient une signification en accord avec leur idéal limité et partiel. Elles soutiennent que la Gita est un ouvrage purement philosophique qui décrit le combat dans l'homme entre les forces sattviques et tamasiques qui y agissent. Or, la Gita n'est pas seulement un ouvrage philosophique, mais aussi éminemment historique. Le Seigneur a clairement proclamé : « Je prends naissance d'âge en âge pour protéger sur la terre des gens faibles, délaissés et pieux, et détruire les gens démoniaques et méchants. »  […] Or nous considérons Shri Krishna comme l'incarnation même de l'Amour. L'amour n'est pas seulement, comme certains le pensent, un idéal pour quelque royaume de songe où n'existent que la non-violence et la non-résistance. Il est la Vérité qui englobe tout, d'où émane un pouvoir qui soutient l’unité et l'amitié, et qui, en même temps,  élimine toutes les causes de désaccord et d'injustice. […]

  Alors se pose la question : N'y a-t-il pas d'existence où l'on trouverait l'harmonie, l'égalité et la paix ? Certainement, il y a une telle existence, mais qui se trouve au-dessus des forces manifestées dans la nature. Dieu, qui est Amour infini, est à la fois la Vérité statique et l'Esprit dynamique. L'égalité et l'harmonie sont dans l'existence statique de Dieu, tandis que, sur le plan de la nature physique, il y a heurt continuel de forces opposées prenant naissance dans le pouvoir central qui agit dans la manifestation.

Présence de Ram, p.119

   LA  PAIX  DE  JÉSUS

[Suzanne nous a transmis ce beau texte, extrait d’une conférence de Mgr Martin, de l’Eglise orthodoxe de France, lors de la marche de la paix avec Sri Tathâta, été 2008]

  Dire "Shalom" à quelqu'un, lui souhaiter la paix, c’est lui souhaiter de demeurer dans son entièreté, dans son intégrité... Tant qu'il y aura des espaces de nous-mêmes non encore rencontrés, tant qu'il y aura des espaces de mémoires non encore traversés, tant qu'il y aura des espaces inconscients non encore nommés, nous aurons parfois des moments de paix, mais nous ne serons pas encore devenus espaces de Paix.

  Ainsi nous ne voyons que la Paix proposée par Jésus n'est pas celle que nous imaginons si souvent dans les voies spirituelles. Nous avons généralement à l'esprit une image très statique de la paix, figurée par un état immobile des êtres ; alors que l'enjeu proposé par le Christ est d'amener la paix dans le mouvement. « Bienheureux les faiseurs de paix, ils seront appelés fils de Dieu » entendons-nous dans le texte des Béatitudes. Les artisans de la paix sont ceux qui font la paix et non pas ceux seulement qui sont en paix. La paix qui nous est proposée, paradoxalement, ne nous laisse pas en repos ! Ce n'est pas une paix physique ou psychique, toujours plus ou moins dépendante d'un environnement favorable particulier qui un jour, nous sera enlevé. Jésus dira quelques heures avant sa mort sur la croix : « Je vous donne ma paix ; je ne vous la donne pas comme le monde vous la donne..." Le monde offre des tranquillisants, des assurances, des s'euphorisant, il ne donne pas " la paix qui ne passe pas"...

  Cette paix, c'est "Je suis", la Présence de l'Etre qui demeure quelles que soient les bonnes et les mauvaises heures à vivre.

 

    PAROLES  DE  RAMDAS    
 
            La paix est à l’intérieur de vous.

  La paix que vous recherchez est toujours à l'intérieur de vous. Si vous la recherchez à l'extérieur, vous ne la trouverez nulle part. Ceci est d'une grande vérité que très peu de gens réalisent.

  Le désir ardent de l'âme est la recherche de la paix et de la béatitude absolues. Vous pouvez avoir cette paix et cette béatitude seulement quand votre mental est au repos dans le giron de la Réalité Infinie. Ainsi une constante contemplation ou la pensée tournée vers la grande Vérité dont les attributs sont la béatitude et la paix immortelle peuvent seuls satisfaire complètement le désir de l'âme. Dirigez, par conséquent, toutes les forces de votre mental et de votre intellect vers le Seigneur de l'univers tout compatissant, et abandonnez-vous entièrement dans ses bras. Il n'y a aucun chemin plus aisé que l'abandon. Celui qui fait confiance au Tout-puissant n'aura jamais de blessure. C'est une règle divine qui ne connaît aucune exception. Marchez donc sur le chemin de la pure et simple dévotion. Soyez conscient que le Seigneur qui siège dans votre cœur est votre protecteur tout-puissant. Accorder votre pensée et votre vie avec son existence radieuse afin de permettre à l'énergie divine de vous pénétrer et de transformer votre vie en une existence de paix et de joie. Ne vous laissez pas aller au découragement, au doute ou au désespoir

  Expérimenter la tranquillité de l'Esprit qui pénètre tout, qui est à la fois le témoin du monde de la manifestation et la manifestation elle-même, c'est réaliser Dieu dans son être et sa nature qui imprègnent toute chose. Voyez la Divinité partout. Élevez-vous au-dessus de toutes les conditions et soyez partout en union avec la Vérité immortelle qui est devenue tout. Ramdas n'a rien d'autre à vous dire. Réalisez que vous et tous les êtres, créatures et choses, sont absolument divins.

  Il est absolument d'aucune utilité pour l’homme de se lamenter  sur sa part de richesse et sur ses instables attachements à des amis mondains. Cherchez la vraie vie en Dieu, et l'amitié de l'Eternel -- le plus haut ; ces deux choses-là sont éternelles. La paix réelle ne peut jamais provenir de l’activité de l’homme, aussi longtemps qu'il pense que les arrangements de la vie extérieure peut lui apporter le bonheur. Le désappointement et la misère seront son lot partout où il sera. Prenez conscience et sachez une fois pour toutes que la paix et la liberté réelles se trouvent dans une communion étroite avec la Vérité habitant dans notre cœur. Prenez complètement refuge en Dieu à travers son constant souvenir et soyez satisfaits alors de toutes les situations dans lesquelles il vous place. Ne rendez pas votre vie amère avec des soucis et des obligations. Faites de Dieu votre ami et votre aide. Une fois que vous serez devenu Lui, Il ne vous échappera pas. Il vous placera sur le siège de l'immortalité et de la béatitude. C'est l’unique chemin ; il n'y en a aucun autre.

Glimpses of Divine Vision, pp. 44-49

    PENSÉE

 Le calme du mental est essentiel pour avoir l’expérience de la paix et de la béatitude absolues. Le mental qui vagabonde ne peut voir Dieu. Il doit devenir silencieux. Calmez les vagues du mental et voyez l’Atman. Ayant atteint l’Atman, vous constaterez que tout est Brahman.

                                                                                                           Swami Ramdas