Extrait de Hanuman N°13, Hiver 2003-2004.                 Et aussi : Hanuman N°14
                                                                                                                     Hanuman N°15

 

La  Mère  Divine

retour à la liste

 Un conte Zen : Le Meilleur morceau :

 Balzan entra un jour chez un marchand de poissons qui avait, sur son étal, débité tout l’arrivage du matin. Il fut témoin de cette conversation entre un client et le poissonnier :

 - J’ai des invités aujourd’hui à la maison, je voudrais votre meilleur morceau, demanda le client.
- Mais, Monsieur, tout est ici le meilleur. Vous ne trouverez dans ma boutique aucun morceau qui ne soit le meilleur.

 En entendant ces paroles, Balzan fut illuminé.

 *     *     *

PAROLES  DE  RAMDAS  : LA MÈRE  DIVINE

   Dieu, la Réalité suprême, a pris par Son pouvoir infini la forme de l’univers et de tous les êtres, choses et créatures qui s’y trouvent. Toutes les activités sont dirigées par Son pouvoir. Ce pouvoir s’appelle la Mère Divine. Elle est le principe créateur, moteur, auteur, conservateur et destructeur des univers. Par le pouvoir de cette Yoga Maya, le Seigneur lui-même se manifeste comme Avatar, comme Saint ou comme Sage. Ainsi toutes les actions, tous les mouvements humains, qu’ils soient grands ou petits, sont comme des vagues joyeuses sur son Sein resplendissant. La Mère Divine est pour le Seigneur ce que la lumière est pour le soleil, et le parfum pour la fleur. C’est par le pouvoir de la Mère que les mondes se meuvent et que tous les êtres vivent et agissent. En vérité, chaque forme est Sa forme, parce que la forme elle-même est mouvement. Donc, tout ce qui est révélé, exprimé, manifesté, que ce soit subtil ou grossier, esprit ou nature, représente quelque aspect de Son existence.

   Dans l’être humain, l’âme, le corps, et la vie sont la Mère divine dans son intégrité. Savoir que l’unique Mère universelle n’est autre que le tout, c’est s’élever au-dessus du sens individuel créé par l’ignorance. Dans la lumière de la Mère divine, toutes les âmes, toutes les vies et toutes les formes sont l’unique.

   La Mère divine devient la libératrice directe et immédiate de l’âme enchaînée dès que celle-ci la reconnaît pour sa mère et se considère comme Son enfant.

   De même que contempler la lumière nous fait connaître le soleil, ainsi contempler la Mère divine comme étant le tout, c’est atteindre la suprême connaissance. Le véritable enfant de la Mère divine obtient le don de la voir partout et dans chaque chose. Cette vision est le signe distinctif de celui qui s’est abandonné à Elle et qui est vraiment devenu Son enfant. Comme les vagues jouent à la surface de l’océan, ainsi la Mère divine, jouant le jeu universel, gambade sur le corps infini et parfaitement immobile du Seigneur. L’enfant de la Mère divine découvre tout à coup son unité avec Elle et avec le Seigneur, jouissant de la félicité et de la liberté de l’Éternel, après quoi toutes ses actions et tous ses mouvements deviennent en réalité ceux de la Mère divine . Mère et enfant ne se distinguent plus l’un de l’autre, dans la perfection du Seigneur. La voie la plus facile consiste à éliminer le sens de l’ego, et à s’abandonner à la volonté de Shakti qui est la Mère divine. Dès que l’égoïsme se dissout, l’âme réalise non seulement sa nature universelle qui est la Mère, mais aussi son existence éternelle, sans attribut, illuminée, immuable et absolue. Saluons cette Mère universelle toute puissante, pleine d’amour et de compassion.

                                                                       The Divine Life, traduit en Présence de Ram, pp. 155-156

 

  L’INTUITION  NE  SE  TROMPE  JAMAIS

   Quand votre mental est parfaitement tranquille et que le Divin vous guide de l’intérieur, vos actions sont infaillibles. Vous ne pouvez faire une faute. Si vous prenez la raison pour guide, vous pouvez faire des erreurs car la raison n’est pas toujours juste. Bien sûr, il est toujours mieux d’être guidé par la raison que par l’impulsion du mental. Le mental est enveloppé d’ignorance et ne saurait vous diriger sur le droit chemin. L’intuition ne se trompe jamais. Elle domine à la fois la pure raison et la pure émotion. Il est tout à fait possible qu’ayant fait une action votre cœur vous dise : « Tu as bien fait » et votre intellect : « Tu as mal fait ». Mais si vous êtes guidé par l’intuition, vous ne vous trouverez pas en tel conflit. L’intuition vient de l’harmonie d’un cœur et d’un intellect purifiés. C’est la voix du divin parlant à travers vous. Jésus déclarait : « Je m’occupe des affaires de mon Père. » Il ne se souciait pas des conséquences de son action, et même lorsqu’il fut crucifié, il n’eut aucun regret pour ce qu’il avait fait. Quand Socrate fut sur le point d’être empoisonné, on lui demanda de cesser de prêcher la Vérité, afin d’avoir la vie sauve. Mais il s’y refusa, n’ayant aucun souci de savoir si son corps périrait ou non. C’est le Divin qui utilise le corps comme Son véhicule. Il le conserve ou l’envoie à la casse comme il l’entend.

                                                                Extrait de Ramdas speaks, vol. 3, pp.134-134. La Haye, 19-09-54

________________________________________________________________________________________

 

Extrait de Hanuman N°14, Printemps 2004.

 

L'Instant  Présent

 

  PAROLES  DE  RAMDAS  : LE  TEMPS  ET  L’ESPACE   SONT  SEULEMENT  CONCEPTUELS

   Si nous méditons sur Dieu comme l’absolue Vérité, nous Le tenons pour la Réalité suprême, transcendant temps, espace et causalité. Nous vivons dans le temps quand nous sommes dans le plan relatif de la vie. Dans l’Absolu, il n’y a ni temps ni espace. La division du temps en passé, présent et futur est purement et simplement conceptuelle. Hier était aujourd’hui et demain sera aujourd’hui. Personne n’a vu hier, et personne ne verra demain. Ainsi le facteur temps semble n’appartenir qu’au plan mental, qui n’a aucune signification dans l’existence absolue. Le temps peut être transcendé en calmant le mental. Ainsi également l’espace et la causalité.     (Ramdas speaks, III, p.239)

 

   LE  TEMPS  EST  UN  ESCLAVAGE

   Ne laissons pas surgir le fantôme du passé. Ne faites aucune recherche dans le champ du mental, mais essayez d’aller au-delà du mental. En entreprenant des recherches à l’intérieur du mental,  vous obtenez quelques soulagement momentanés des blessures de la vie, mais ce n’est pas ce que vous recherchez. Vous recherchez un soulagement définitif de tous vos maux, mentaux et physiques. C’est l’objet de la vie humaine. En essayant de savoir ce qui nous est arrivé dans le passé, nous n’irons que flâner dans les plans les plus bas. Il vous est demandé d’aller au delà de tous ces plans dans cet état de superconscience dans lequel il n’est pas question de temps et d’espace,  et dans lequel seul, en l’atteignant, vous obtiendrez l’absolue rémission de vos maux et de vos liens. Par les recherches que les psychologues font pour vous, vous obtiendrez immédiatement un résultat mais vous pouvez être sûr que ce ne sera pas permanent.    (Ramdas speaks, II, p.256)

  Vivons de moment à moment dans un état de liberté et de paix en nous souvenant de Dieu. Quand nous pensons au futur, nous avons peur, quand nous pensons au passé, nous regrettons, et nous nous faisons beaucoup de soucis pour le présent. Quand nous pensons à Dieu, nous vivons dans l’éternité. Le temps, c’est l’esclavage. La meilleure chose que nous pouvons faire est de nous abandonner à Lui, de nous donner le droit à sa grâce, et de nous emplir de sa lumière, de sa joie, de sa paix. C’est pour cela que nous sommes ici. Nous n’avons qu’un court instant de vie. A quoi nous sert-il de nous inquiéter d’obtenir plus que ce dont nous avons réellement besoin, et cela aux dépens de nos semblables ?        (Ramdas speaks IV, p.268)

 

  PAROLES  DE  SWAMI CHIDANANDA  : L’INSTANT PRESENT

   ...votre vie, à chacun de vous, n'est même pas aujourd'hui. Elle est cet instant. Cet instant est ce que nous avons effectivement. Les autres aspects du temps sont ce que vous imaginez avoir. Les autres aspects du temps sont présents dans votre esprit en tant qu'idées et concepts. Ce sont des idées extrêmement fallacieuses.

   Si vous faites de cet instant tout ce qu'il doit être, il apportera une amélioration à l'instant suivant. Parce que vous vous êtes déjà enrichis en cet instant, le suivant s'y appuyant sera plus riche et sera donc plus élevé et plus brillant. Chaque instant peut être une marche plus haute, la manifestation d'une lumière plus brillante venant de votre être intérieur. C'est instant par instant que l'illumination est obtenue. Instant par instant que la réalisation est accomplie. Instant par instant que l'expérience de libération advient de façon ultime. Instant par instant que le But suprême est réalisé.

   Cet instant est Dieu. Dieu vient à vous sous la forme de cet instant. Il ne descend pas sous une forme et une taille d'au-delà de ce monde avec des éclairs qui zèbrent le ciel et de grands bruits. Il vient silencieusement sous la forme de cet instant. Cet instant est Dieu. Il vient constamment à vous en tant que "maintenant", en tant que cet instant. Nous devons aider Dieu à nous aider quand il vient à nous sous la forme Kalo'ham : Je suis le temps. Je suis la vie.

   Et qu'est-ce que la vie et qu'est-ce que le temps si ce n'est "maintenant", si ce n'est cet instant ? Sans distinction d'âge, de sexe, de caste, de race, de nationalité ou de croyance, il est donné à chacun, saint ou pêcheur. Il est donné à chacun, il n'est refusé à personne. Dieu vient à chacun sous la forme de l'instant. C'est cela la vie. C'est cela le "Je suis Dieu" ici-maintenant. C'est ce qu'il y a de plus grand. Cet instant est la plus formidable chose qui puisse vous arriver, qui puisse vous être donnée.                                                                                                                                          Swami  Chidananda

 

  PENSEES

   En fait, il n’existe rien d’autre que l’Unique Instant. Dès l’instant où vous Le trouverez, vous connaîtrez votre vrai Moi. Cet instant relie à l’ensemble de la création….

 Chaque chose est présente partout,  de tout temps….
                                                                                                           Mâ Ananda Môyi
                                                                             
Extrait de « La vie en jeu », Ed. Accarias, L’originel.

  Voyez les oiseaux du ciel, ils ne sèment ni ne moissonnent, ni ne font de provisions dans des silos ; cependant votre Père céleste les nourrit. Vous, ne valez-vous pas mieux qu’eux ?….

   Observez les lis des champs, comme ils poussent sans travailler ni filer. Or je vous déclare que Salomon dans toute sa gloire n’était pas habillé comme l’un d’eux. Si donc Dieu revêt de la sorte l’herbe des champs, qui est aujourd’hui et demain sera mise au four, combien plus vous autres, hommes de peu de foi ! Ne vous mettez donc pas en peine, disant : »Qu’aurons nous à manger et à boire ? Qu’aurons nous pour nous vêtir ? »…Toutes ces choses, votre Père céleste sait bien que vous en avez besoin. Cherchez donc premièrement le royaume de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par  surcroît. Ne soyez donc pas en peine pour le lendemain. Demain s’inquiétera de soi. A chaque jour suffit sa peine. »

                                                                                                              Mathieu VI, 28-34

__________________________________________________________________________________________

 

Extrait de Hanuman N°15, Été 2004.

 

L'Illusion  -  La  Vérité

 

     PAROLES  DE  RAMDAS  

   QU’ EST-CE  QUE  LA VÉRITÉ ?
 (Extrait de « L’Évangile Swami Ramdas », par Swami Satchidananda)

  9.30 h. Le Bhajan est terminé. Quelques dévots parlent avec Papa. Parmi eux, une femme qui vient de Bhopal pour recevoir son darshan, pose des questions.

Dévote : « Qu’est –ce que la Vérité ?

Ramdas :  Le seulement Un.

D. : Tout le reste est donc irréel ?

R. : Suivant les tenants de Maya (Illusion), la totalité de la création est irréelle, sans existence. Ils disent que toute chose est comme un rêve. Mais si l’on s’en tient à ce que disent les tenants de Lila (Jeu divin), la création dans sa totalité est l’expression de Dieu. Dieu lui-même est devenu toutes ces formes. La nature de Dieu est de se manifester Lui-même sous des formes variées, et de jouer sa Lila.

D. : Alors l’homme n’est pas responsable de ses actions,  pécheur ou autre.

R. : Dieu est l’acteur de toutes les actions, et l’homme seulement un instrument.

D. : Alors, pourquoi nous demande t-on de faire de bonnes actions ?

R. : Il faut aller au-delà du péché et du mérite. Étant parvenu au-delà des paires d’opposé ~ bien et mal, vice et vertu, etc. ~  les saints, établis dans la félicité, jouent le jeu. Ils n’ont aucune haine envers personne, car ils n’ont aucun sens de la dualité. La dualité est la cause de la haine, de l’antipathie, et de tout le reste. Leur vie est pure. Dans une telle vie, il n’y a que félicité. N’ayant pas conscience de cela, les gens se précipitent vers les plaisirs du monde et ainsi plongent dans la souffrance.

D. : Si l’Atman (l’Âme Universelle) est Un, pourquoi doit-il y avoir beaucoup de formes ?

R. : L’argile est une, et d’elle beaucoup de pots sont tirés. Ainsi également l’Être originel est Un, et de Lui toutes les formes sont issues.

D. ; Est ce que le darshan du Seigneur est possible ?

R. : Il est possible pour celui qui y aspire.

D. : Pouvez-vous dire que c’est aussi Lila ?

R. : Qui donne le darshan à qui ? Il est Lui-même toute chose. Celui qui suit le chemin de Lila est toujours heureux. Mais les tenants de Maya, qui pensent que le monde est non-existant, n’obtiennent pas la véritable joie de vivre.

D. : Si tout cela est Lila, comment pouvez-vous justifier la fourberie, et beaucoup d’autres choses horribles que font les hommes ?

R. : Toutes choses prennent place dans la Lila. Dans une pièce de théâtre, vous voyez un roi, un voleur, et beaucoup d’autres personnages. Vous ne vous demandez-pas pourquoi le voleur doit être là. Vous savez que sans le rôle du voleur, le drame serait incomplet. Ainsi tous les rôles sont nécessaires »

 

TU  ES  LA  VÉRITÉ    («The Divine Life), p.72)

   La paix et la liberté véritables sont choses divines. Tu ne peux jouir du bonheur de la véritable libération que lorsque tu demeures dans l’Esprit divin et que tu as conscience de la gloire de ton existence immortelle. Cet état ne dépend pas des circonstances ou des situations extérieures. L’esprit éblouissant de ton être dégage sa splendeur immortelle partout et toujours. Pour qui a atteint cet état suprême, il n’y a plus d’adversité, de chagrin et de doutes. Il est libéré des griffes de la peur et de l’incertitude, parce qu’il a réalisé qu’il est l’Esprit immortel et toujours bienheureux.

   La vie individuelle, qu’il considérait d’abord comme séparée de l’univers, s’est fondue dans la conscience immuable qui pénètre l’immense manifestation de la nature et la transforme en infini. Le sens des dualités qui a pendant si longtemps limité sa vision a disparu. L’adorateur, illuminé par la connaissance de cette Vérité suprême, s’exclame : « O Seigneur, précipite-moi dans le pire des enfers, et par le pouvoir d’une seule goutte de l’océan infini de joie que je possède, je le transformerai en paradis ! » Telle est la grandeur et la magnificence de l’état immortel de félicité qui est ta véritable nature.

   Ta vie est un flot continu qui chante la mélodie de l’éternité. Ta vie est le soleil qui darde toujours ses rayons éblouissants. Elle est l’expression même de la beauté et de la grâce, un véritable flot de joie qui inonde les univers. Cette vie couvre, enveloppe, imprègne et absorbe en elle-même l’univers visible et l’essence invisible immuable et non manifestée. Connaître et réaliser cette Vérité, c’est atteindre une joie et une liberté ~ extase et délice ~  qui sont simplement inexprimables

   Tu es cette vie, mon ami, tu es cette Vérité, tu es Dieu dans tous ses aspects, subtils ou grossiers, une Divinité pleinement épanouie. Ta nature est pure félicité, amour illimité, paix absolue. Ta véritable existence est cosmique ; tu es la grande Vérité, l’Un suprême et sans second. Pense, médite et vis dans cet état divin et proclame-toi comme la Vérité aux possibilités infinies et, avec une vision ainsi transformée, contemple le monde comme toi-même, comme ton propre corps et ta propre image. Sache que posséder cette vision, c’est déjà faire du bien au monde, l’aimer et le servir ; car cette vision ne laisse place à rien d’autre ;  car dans un mouvement spontané elle se révèle et se remplit de sa gloire en tout point, pour le bénéfice du monde.

 

  PAROLES  DE  RAMAKRISHNA

   Après ma vision de la Mère, je pris des fleurs et les offris à la Mère en disant :

 « Mère, voici la connaissance et voici l’ignorance, reprends-les, donne moi l’amour pur ! Mère, voici la vertu et voici le vice, reprends-les, donne moi l’amour pur ! Mère, voici la pureté et voici l’impureté, reprends-les, donne moi l’amour pur ! Mère, voici le bien et voici le mal, reprends-les, donne moi l’amour pur ! »

   J’ai pu dire tout cela, mais pas : « Mère, voici la Vérité et voici le mensonge » ; cela je ne l’ai pas pu. J’ai tout rendu à la Mère sauf la Vérité. 

   PENSEES

   Un homme qui sait s'asseoir en silence pendant quelques minutes, considérant la Divinité en lui et accordant son esprit au Divin, connaît la paix véritable. Nous devons sentir la présence de Dieu en nous et obtenir ses conseils. Quand nous unissons de la sorte compréhension et connaissance d'être Un en Esprit, cette base demeure permanente en nous. Nous devenons si patients, aimants et aimables avec nos semblables, que nous ne leur donnons rien d'autre que de la joie
                                                                                                                                                  . Swami Ramdas

   Les différences que nous établissons causent beaucoup de frictions, conflits, désordres et souffrances dans le monde. Si chacun voyait l'unité dans la diversité en réalisant qu'un seul Esprit universel pénètre tout et réside dans le cour de chacun, il n'y aurait nulle place pour la discorde et tant d'autres choses qui amènent de la disharmonie dans le monde.
                                                                                                                                                       Swami Ramdas